Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vacance éco responsable

Si l'on le voit bien chez nous ,

le touriste est bien souvent est très négligent

et se fiche bien de son impact ecologique

je vous raconte même pas l'état

de la plage de Sète tous les matins !

(mais biensur ne jetons pas tous le monde dans le même panier)

Alors quand vous partez en Afrique ou dans un pays en voie de développement vous posez vous la question

de l'impact écologie que vous aurez sur le site .

Se dit on après une journée à dos de chameau

quand on nous sous la douche

que l'autochtone du coin consomme l'équivalent sur une semaine ?

 

Et pourtant une étude de l’ONG britannique Tourism Concern

a publiée il y a quelques jours, «Water Equity in Tourism

– A Human Right, A Global Responsibility»

démontre, chiffres à l’appui, que

la consommation excessive d’eau douce

dans les pays en voie de développement

exacerberait la pauvreté

et favoriserait la propagation de certaines maladies

A Zanzibar par exemple, les touristes consomment 16 fois plus d’eau que les populations locales qui n’utilisent en moyenne que 93,2 litres d’eau par personne et par jour contre 3 195 litres dans un hôtel 5 étoiles. Dans les chambres d’hôte, la consommation diminue mais reste tout de même 7 fois plus importante que la moyenne, avec 686 litres par jour.

Les conséquences sont désastreuses d’un point de vue sanitaire également : en 2010, une épidémie de choléra a provoqué le décès de 3 personnes parmi les villageois.

Les commentaires sont fermés.